29 août

98, une génération qui gagne

 

Huit Français sont encore en lice dans les quarts de finale qui se dérouleront dès ce matin au gymnase des Malteries à Schiltigheim. Sur les huit joueurs, sept sont issus de la génération 1998. « Je ne sais pas si c’est une surprise, mais c’est en tout cas une déception. Cette génération est un peu moins fournie chez nous que les précédentes », analyse l’entraîneur national des garçons, Christian Martin.

Joé Seyfried : « Je n’ai rien à perdre »

 

La plus grosse déception vient du jeune Nolan Givone. Alors que ses responsables l’attendaient au moins dans le dernier carré, le Français s’est fait sortir dès les huitièmes par un Ukrainien qu’il avait pourtant battu en phase de poules.
Le constat est tout aussi maussade chez les filles de cette génération, où les Tricolores n’ont plus aucune représentante pour défendre leurs couleurs.
Heureusement, les autres pongistes ont brillé, et notamment le dernier Alsacien en course, Joé Seyfried. Le licencié du SUSTT atteint son premier quart de finale des EMC après avoir échoué à deux reprises en huitièmes lors des précédentes éditions.
« J’ai mieux joué que l’an dernier où j’avais été surpris par mon dernier adversaire », explique le jeune homme de la délégation française, après avoir expédié ses deux premières confrontations du tableau final en trois sets. « Il est solide et concentré, ce qui était un peu son péché mignon avant, remarque Christian Martin. Mais ce ne sera pas simple ensuite pour le régional du tournoi ».
Le jeune pongiste est en effet tombé sur un gros morceau. S’il veut atteindre le dernier carré, il devra battre le Hong-kongais de la sélection internationale Espoirs, Victor Hung Ka Tak. Avec lui, les échanges durent rarement plus de deux coups et les matchs plus de trois sets. Ce qui en fait logiquement le favori de la compétition.
Les deux jeunes hommes se connaissent. Joé Seyfried a eu l’occasion de suivre un stage en Corée du Sud, cet été, avec l’équipe internationale. Il ne part donc pas dans l’inconnu et ne se met pas de pression avant de l’affronter. « Je n’ai rien à perdre. Il est peut-être plus fort que moi mais j’essayerai de l’accrocher autant que je peux ».

Vers un premier doublé ?

 

Son ami Alexandre Cassin s’est lui aussi qualifié pour les quarts, tout comme le Francilien Giovanni Bernardi. Les filles de 1998 représenteront les plus grandes chances de médailles. Quatre se sont hissées dans le dernier carré, dont la Niortaise Marie Migot qui s’était imposée l’an dernier.
Jamais dans la petite histoire des Euro Mini Champ’s un joueur n’est parvenu à réaliser le doublé. La Française pourrait dès aujourd’hui y remédier.

 

Thomas Bourgois

 

Finales à partir de 15h15

 

Article paru dans les DNA le 29.08.2010