28 août

Un Euro à l’international

 

Avec une Néo-zélandaise, un Hong-kongais, un Coréen et même un pongiste de Trinidad et Tobago, les Euro Mini Champ’s dépassent désormais les frontières de l’Europe. Tous ces jeunes composent en fait l’équipe mondiale Espoirs, invitée pour la deuxième année consécutive à Schiltigheim.

« La meilleure chose qui nous soit arrivée »

 

Neuf sportifs, issus des cinq continents, intègrent chaque année ce programme lancé en 2009 par la fédération internationale. « Ce ne sont pas forcément les meilleurs du monde, précise la responsable hongroise de la formation, Zita Pidl. On ne les sélectionne pas seulement par rapport à leur niveau de jeu mais aussi en fonction des pays en développement. »
Les jeunes pongistes des autres continents n’ont pas tous accès aux mêmes structures que leurs voisins européens. L’initiative leur permet donc de bénéficier de la meilleure formation possible pour progresser.
« C’est la meilleure chose qui nous soit arrivé, s’enthousiasme Michel Garcia, l’entraîneur qui accompagne la jeune Vénezuelienne Neridee Nino. On a fait un stage en Corée du Sud avec l’équipe, et là les Euro Mini Champ’s… Neridee a beaucoup progressé depuis. Un joueur sort complétement changé de cette sélection. Le tennis de table dans mon pays n’est pas du tout de ce niveau. » Sa joueuse n’a connu aucune difficulté à entrer dans son tournoi, hier, en remportant l’ensemble de ses cinq premiers matches.
A quelques mètres de là, le pongiste de Trinidad et Tobago exulte après avoir remporté son dernier match avec seulement deux points de différence.
« Il a un bon potentiel. Il est intelligent, a une grande capacité d’adaptation et sait s’adapter très vite. C’est un combattant quand il joue, on l’entend de loin, le décrit la responsable de l’équipe. Le gros problème, c’est que l’on ne sait pas s’il va pouvoir s’entraîner derrière, en rentrant dans son pays. »

Ka Tak favori ?

 

Les pongistes ont, avec cette sélection, les moyens de laisser exprimer leur talent. Première révélation du tournoi, le Hong-kongais Victor Hung Ka Tak s’est très vite fait remarquer par ses résultats. « Tous les ans on a en général un ou deux jeunes très forts. Là, celui de Hong-Kong est largement au-dessus des autres techniquement », confirme sa responsable, Zita Pidl.
Même l’entraîneur national de la sélection française, Jean-Denis Constant, en fait « son favori pour le tableau garçons 1998 ».
L’équipe Espoirs n’avait pas remporté de titre l’an dernier. Depuis, la Française Marie Migot l’a intégré. Les choses pourraient bien changer.

 

Thomas Bourgois

Premier écrémage

    « La journée d’écrémage s’est plutôt bien passée ». L’entraîneur national français, Jean-Denis Constant, était satisfait à l’issue des premières manches qualificatives hier. Tous les joueurs de la sélection française s’en sont bien sortis, dont le local Joé Seyfried. « Comme chaque année, le niveau est de plus en plus élevé. Il n’y a pas de match facile. » Quelques Alsaciens sont parvenus à passer ce premier jour : Hélène Foels, Mélissa Haushalter (filles 1999) et Christian Riesterer. Mais pour accéder au tableau final, il faudra encore s’imposer ce matin.

Article paru dans les DNA le 28.08.2010