9 août

Claude Bergeret succède à Jean-Denis Constant

Claude Bergeret succède à Jean-Denis Constant à la coordination des EMC 2010

Restructuration au sein de la FFTT

Suite à une restructuration au sein de la Direction Technique Nationale de la FFTT à la suite de la mise en place des PES (Parcours d’Excellence Sportive), Jean-Denis Constant a accepté de prendre en charge le PES féminin l’obligeant à assurer l’organisation, le suivi, voire l’entraînement sur le terrain de la filière féminine depuis la fin du programme détection jusqu’aux seniors compris.

Il a donc du abandonner ses fonctions de coordinateur de l’EMC et a demandé à être remplacé par Claude Bergeret (cadre National, chargée de missions) ce que le DTN Michel Gadal a accepté.

 

Entrevue

  • 1- Claude, comment es-tu devenue coordinatrice des EMC 2010 ?

Le plus naturellement du monde. En effet, depuis l’idée émise par Jean-Denis il y a déjà 7 ans d’organiser une sorte de « Petits As » du tennis de table je me suis trouvée impliquée à différents niveaux d’interventions. J’étais déjà présente à la 1ère édition comme membre du Comité d’Organisation en charge des Relations Internationales avec nos amis européens et l’ETTU bien sûr… Je pense que cela a été fort utile pour « attirer » de nombreux participants dès cette 1ère année… Et depuis je n’ai jamais manqué une édition… Je connaissais également assez bien l’ensemble du dossier, et je travaille beaucoup au sein des différentes compétitions internationales organisées par la FFTT (Championnats du Monde, Coupes du Monde, Top 12 Européen etc…).

  • 2- Quelles sont tes missions ?

Mes missions au sein du Comité d’Organisation sont assez simples : je coordonne… Pour être plus précis je suis le lien entre les Organisateurs (Ligue d’Alsace et club de Schiltigheim) et la DTN / FFTT, à l’écoute des améliorations demandées de part et d’autre. D’ailleurs dans un souci de meilleure et transparente coopération une convention tri partite a été signée entre les 3 parties mentionnées ci-dessus et ce pour 4 ans. Je continue néanmoins à assurer les relations internationales avec l’ETTU, les fédérations européennes et maintenant l’ITTF qui depuis 2 ans nous envoie leur équipe d’espoirs.

  • 3- Que représente pour toi les EMC ?

Outre l’aspect technique qui permet à tous les pays européens de se jauger les uns par rapport aux autres, j’aime cette compétition car j’adore voir les yeux des petits briller… même si parfois ils brillent … de larmes. J’aime cette rencontre des coachs, des parents, voire grands-parents et amis…C’est très familial et j’aime ça… Du côté plus pûrement sportif, les confrontations entre nos jeunes pousses permettent à chaque entraîneur de faire le point sur son travail et celui des enfants. C’est super de pouvoir l’organiser en France tous les ans. C’est une chance, cela nous permet de confronter nombre de nos joueurs et joueuses au moins au stade des qualifications.

  • 4- Le niveau des jeunes pongistes a-t-il évolué ? si oui, quelles en sont ces spécificités ?

Bien sûr et c’est heureux, cela faisait parti de l’objectif de départ. Le jeu des petits participants aux EMC se rapproche de plus en plus, la puissance en moins, du jeu des « grands ». On ne voit plus de joueurs ou joueuses « ne sachant pas jouer ». La construction du jeu est réelle. Les petits ont progressé dans leur approche « professionnelle » de l’activité.

  • 5- Quel a été ton parcours pongistique ?

Cela peut-être très long… J’ai débuté à l’ASPTT d’Annecy sous la houlette de mon papa à l’âge de 10 ans. J’ai remporté le « Critérium des moins de 15 ans », l’ancêtre du PPP, à l’âge de 11ans, j’ai remporté de nombreux titres de championne de France cadettes et junior et mon 1er titre de championne de France senior à l’âge de 17 ans. Classée n°6 européenne et 19ème mondiale, mon plus beau (ou plus haut) titre fut celui de championne du Monde de Doubles Mixtes avec Jacques Secrétin en 1977 (j’avais 23 ans). J’ai arrêté ma carrière en 1982 pour devenir entraîneur national, en charge des junior filles, puis des seniors filles puis en 1988 en charge des Relations Internationales.

En 1993, je suis nommée Présidente de la Commission des Athlètes nouvellement crée par M. Ogimura le Président de l’ITTF de l’époque. En 2000, je suis élue Vice Présidente de l’ETTU en charge du développement et en 2005 Vice – Présidente de l’ITTF. Actuellement je suis redevenue Présidente de la Commission des Athlètes après 5 ans d’arrêt. Je considère cela comme un retour aux sources…

  • 6- Quel était ton système de jeu?

Vitesse, attaque avec, je crois pouvoir le dire, un excellent revers…

  • 7- Combien d’années as-tu mis pour atteindre le haut-niveau ?

Jusqu’à mon titre de championne de France senior, 7 ans.

  • 8- L’apothéose, ton titre mondial en double avec J. Secrétin : comment as-tu vécu cette victoire ?

J’allais dire presque normalement, naturellement, comme une autre victoire ce qui est vrai dans la mesure où lorsque l’on est dans la compétition on joue tour après tour les adversaires qui se présentent à vous en essayant de gagner à chaque fois… On ne calcule pas là où cela nous emmène…On joue…Point…

Après notre victoire en finale, peut-être le match le plus facile du championnat (3/0 alors que l’on avait galéré 3/2 en demi et en 1/8 ème de finale je ne me suis pas rendue compte tout de suite…C’est juste en rentrant à la chambre quand les coups de fil des radios françaises ont commencé que je me suis dit « il s’est passé quelque chose » et ensuite j’ai apprécié… je crois même que j’apprécie encore quand j’en parle…

  • 9- Un dernier mot pour les petits prodiges du tennis de table et l’avenir des EMC ?

ça c’est 2 questions en une…

Parlons des petits prodiges du TT. Je leurs souhaite beaucoup de réussite, de bonheur et de plaisir dans la joie de vivre… mais il faut qu’ils sachent que rien ne se fera tout seul, qu’il faudra travailler, que ce sera dur, qu’il faudra faire des sacrifices… mais le jeu en vaut vraiment la chandelle.

L’avenir des EMC, je le vois « rose »… Nous sommes repartis pour 4 années avec une équipe d’organisateurs (que je remercie et je félicite au passage pour leurs compétences, leur savoir-faire  et leur gentillesse) expérimentés mais jamais blasés et ne s’endormant jamais sur ses lauriers.

Le maître mot c’est « évoluer » encore et toujours, trouver de nouvelles idées, progresser sans jamais dénaturer l’idée du départ.

C’est ça qui fait la force des EMC à Schiltigheim où j’adore revenir tous les ans le dernier week-end d’août depuis 6 ans !!!

  

Parcours

Claude Bergeret a commencé le tennis de table à l’âge de 10 ans à Annecy. Son style de jeu était basé sur la contre-attaque. Après de multiples titres dans le championnat de France et surtout le titre mondial remporté en 1977, elle arrête sa carrière sportive en 1982 et devient entraineur de l’équipe de France junior de 1983 à 1985, puis de l’équipe sénior en 1986-1987. Elle est nommée par la suite vice présidente de la fédération européenne de tennis de table, et Présidente de la commission des athlètes à la fédération internationale.

Palmarès

  • > 6 fois championne de France en simples
  • > 6 fois championne de France en double dames
  • > 7 fois championne de France en double mixte (six fois avec Jacques Secrétin et une fois avec Vincent Purkart)
  • > Championne du Monde en double mixte avec Jacques Secrétin en 1977.

Plus d’infos sur :

http://www.fftt.com/technique/echos_terrain/entretiens.htm