27 août

Porteuse d’espoirs – DNA 2016

627-filles

27/08/2016 – DNA tennis de table Charlotte Lutz toujours en lice aux EuroMiniChamp’s 
Porteuse d’espoirs
La pongiste de Schiltigheim, Charlotte Lutz, est de retour aux affaires. Membre de l’équipe de France, elle est sortie de cette première journée sans encombres.

 

Objectif, quarts de finale.

 

Charlotte Lutz, locale de l’étape, ambitionne de continuer sur sa lancée et d’être au rendez-vous des quarts demain.

Après quelques mois éloignés des tables pour cause d’une blessure à l’épaule (problèmes de cartilages de croissance), Charlotte Lutz renoue avec la compétition à l’occasion des EuroMiniChamp’s (EMC). « Il reste quelques incertitudes autour de son état physique. C’est sa première compétition depuis décembre donc il faut voir comment ça va tenir. Mais, elle me semble en forme », explique Jérôme Richert, responsable du pôle espoir Alsace et coach permanent de la jeune pongiste.

« Jouer ici permet de découvrir d’autres jeux »

Pour son entrée en lice (dans « le tableau filles nées en 2005 », joueuses nées à cette date ou après pour quelques surclassées), hier, la licenciée de Schiltigheim n’a pas déçu son public. Elle a décroché deux victoires convaincantes, le matin, face à des joueuses à sa portée (victoire 3 sets à 0 face à sa compatriote Eloïse Laville et la Biélorusse Palina Harelava). « J’étais bien dedans, j’ai bien joué. Les matches étaient plutôt faciles », assure le membre de l’équipe de France. Même refrain, l’après-midi avec deux succès aisés sur Elise Pujol (de Lorraine) et la Hongroise Dorka Czegledi. La voilà à deux matches des seizièmes de finale.

 

« Elle a les défauts de ses qualités »

 

Surclassée et huitièmes de finaliste l’année dernière, Charlotte Lutz compte monter d’un cran sur cette 12e édition des EuroMiniChamp’s : « L’objectif est d’aller en quarts de finale ». Pour cela, elle devra passer par un marathon avant d’accéder au tableau final (quarts de finale prévus dimanche à partir de 9h). Forte de ses trois années d’expérience aux EMC, la pongiste de 11 ans évalue le tournoi : « C’est une compétition importante. Jouer ici permet de découvrir d’autres jeux ». En effet, avec un brassage de trente-deux nationalités sur la présente édition, les jeunes pongistes peuvent se confronter à des styles et des écoles de ping hétéroclites.

 

À 11 ans, « cette pile électrique » comme la qualifie son entraîneur, est porteuse d’espoirs. « Elle a un gros potentiel mais la suite dépendra de comment elle va gérer les étapes. Le haut niveau c’est un entonoir, au début il y a des joueuses de qualité et au fur et à mesure il en reste de moins en moins, les meilleures restent. » En tout cas, elle peut compter sur un environnement familial favorable pour réussir dans le tennis de table. Sa soeur aînée, Camille, finaliste des EMC en 2014 est actuellement au pôle France de Nancy. Et si la benjamine des Lutz empruntait aussi le chemin du podium schilikois ?

Pour cela, il ne faudra pas tomber dans ses travers. « Elle est hyper tonique, dynamique avec une belle technique, note Jérôme Richert. Mais, elle a les défauts de ses qualités. Parfois, elle se précipite trop et manque de gestion dans l’échange. »

 

Pour l’instant, tous les voyants sont au vert. Suite des hostilités ce matin à partir de 9h.

 

Alexis De Azevedo