24 août

DNA 2013

Zoom sur l’équipe biélorusse

FIDÈLES AU POSTE

La neuvième édition des Euro Mini Champ’s a débuté hier et comme chaque année depuis 2005, la Biélorussie a répondu présent, avec dix pongistes en compétition.Ils ont parcouru plus de 2 300 kilomètres pour venir participer aux Euro Mini Champ‘s. Après une journée de trajet en voiture, la délégation biélorusse avait hâte d’entendre de nouveau rebondir les petites balles blanches.

Dans le gymnase Leclerc et celui des Malteries, les dix joueurs biélorusses sont entrés dans la compétition hier. Dix, c’est le nombre maximal de joueurs autorisés pour chaque délégation étrangère. Et cela fait neuf ans que l’équipe de Biélorussie répond présent.

Bogdan Malakhau compte parmi la dizaine de pongistes de la délégation biélorusse. Photo DNA – Laurent Réa
« UN VÉRITABLE TREMPLIN POUR LES JEUNES »

« On est venus la première année, et maintenant, on vient tous les ans, se réjouit l’entraîneur Aliaksandra Sipach. C’est très bien pour les jeunes de pouvoir se confronter à de nombreux autres pongistes de différents pays. D’autant plus qu’il y a de très bons joueurs, notamment parmi les Français. »

Si les jeunes d’Aliaksandra Sipach s’entraînent deux fois par jour, à raison de deux ou trois heures par entraînement, la coach avoue qu’ils participent rarement à des compétitions internationales. « Ils jouent parfois à des Open, mais le problème est toujours le même, ce sont leurs parents qui doivent assurer les frais, explique l’entraîneur.

Les Euro Mini Champ’s sont la seule grande compétition internationale pour les pongistes de cet âge. »

L’an dernier, la Biélorusse Nadezhda Bogdanova avait terminé 4e chez les filles nées en 2000.

En 2010, c’est le jeune Aliaksandr Khanin, né en 1998, qui était parvenu jusqu’aux quarts de finale, le même qui, le mois dernier, est sorti 3e en simple cadet et 1er en double lors des Championnats d’Europe Jeunes à Ostrava (République Tchèque).

« Les Euro Mini Champ’s sont un véritable tremplin pour les jeunes », relève Aliaksandra Sipach.

« ON NE PEUT PAS AVOIR DES CHAMPIONS TOUS LES ANS »

Cette année, la coach biélorusse reconnaît toutefois que le cru sera sans doute un peu moins bon que l’an passé.

« On ne peut pas avoir des champions tous les ans, lance la coach. J’entraîne beaucoup de joueurs, or, pour former un champion, il faut qu’il ait un coach uniquement pour lui ».

Mais entre Ilia Kortchinski et Uladzislau Rukliatsou chez les garçons nés en 2001, Hannah Khavanskaya et Aryna Zyanouchyk chez les filles 2001, Dzmitry Kulikovich, Heorhi Kunats et Bogdan Malakhau chez les garçons 2002, et Katsiaryna Ablam, Darya Kisel et Alina Shamalava parmi les filles nées en 2002, une petite surprise pourrait arriver au sein de l’équipe biélorusse.

Ulad Rukliatsou, lui, se disait confiant hier après-midi, après avoir terminé premier de sa poule au 1er tour le matin même. Pour sa deuxième participation, il s’est dit « content » de retrouver une fois de plus les joueurs et l’ambiance des EMC, et s’est donné comme objectif de « gagner » de nouveau aujourd’hui. Affaire à suivre !

Aux gymnases Leclerc et des Malteries à Schiltigheim :

Aujourd’hui :

> 3e tour dès 9h

> 4e tour à 13h45

> 16es et 8es de finales à 15h30

Demain :

> quarts de finale à 8h30

> finales vers 15h15.

Gaëlle Henry © DNA