Menu Close

Rendez-vous incontournable – DNA 2017

Sorry, this entry is only available in French.

Loa-Line Frete est de retour aux EMC avec l’ambition de faire le doublé.

DNA tennis de table 13e “EuroMiniChamp’s” (25-27 août) à Schiltigheim 

Comme de coutume et pour la 13e année consécutive, Schiltigheim accueille les “EuroMiniChamp’s” (EMC) de tennis de table du vendredi 25 au dimanche 27 août. Dans l’écrin des gymnases Leclerc et des Malteries.

La jeunesse pongiste européenne se donne une nouvelle fois rendez-vous en Alsace. Un “must” et un incontournable pour le monde de la “petite balle blanche”.

À l’instar du tournoi des “Petits As” en tennis, les EMC ont été lancés avec l’objectif pour la Fédération française de détecter les jeunes talents de l’Hexagone. Et c’est une réussite. La locomotive du ping français Simon Gauzy, actuellement 1er français et 14e mondial, a été finaliste des “EuroMiniChamp’s-2006”.

Jeunes talents de l’Hexagone

Finaliste lui aussi en 2006 dans une catégorie d’âge inférieure et 4e en 2007, le natif de Montélimar Tristan Flore est aujourd’hui aux portes du top-50 mondial (54e). Un véritable révélateur de jeunes prodiges.

Cette épreuve individuelle rassemble donc les meilleurs joueurs de 11-12 ans du continent (garçons et filles nés en 2005 et 2006 mais aussi quelques athlètes de 2007 et 2008 surclassés). La compétition est scindée en quatre tableaux distincts par tranche d’âge (2005 et 2006) et par sexe. Le budget prévisionnel de l’organisation s’élève à 163 200 euros (1 500 euros de plus que l’année dernière).

Pour cette 13e édition, après Jean-Philippe Gatien (vice-champion olympique en 1992 aux JO de Barcelone et champion du monde en 1993 à Göteborg), Werner Schlager (champion du monde à Paris en 2003) et Vladimir Samsonov (ex n°1 mondial, actuellement 10e)… le parrain n’est autre que Jacques Secrétin. À 68 ans, l’ancien n°2 mondial et champion du monde en double mixte avec Claude Bergeret en 1977, sera présent dans les travées schilikoises à partir de samedi pour encourager les 375 pongistes venus de 32 pays. Une délégation vient même d’Israël. La France est la mieux représentée avec 127 joueurs.

Côté alsacien, on compte onze engagés dont deux sélectionnés par l’équipe de France. Avec Charlotte Lutz (SU Schiltigheim TT), 9e l’année dernière, et Célian Besnier (Mulhouse TT), 5e, qui ont de belles chances de médaille.

On pourra aussi compter sur la seule médaillée d’or française de l’édition précédente, Loa-Line Frete (Hauts de France, “tableaux 2005 filles”) qui avait réussi à briser l’hégémonie russe (trois médailles d’or).

Le tournoi ouvre ses tables tous les jours à 9 h, les finales auront lieu dimanche 27 août à partir de 15h45.

Alexis De Azevedo

2017.08.16 – DNA Rendez-vous incontournable

 

 

Belle 9e place pour Charlotte Lutz – DNA 2016

Charlotte LUTZ - la locale

02/09/2016 – Tennis de table : 12e édition des EuroMiniChamp’s


Belle 9e place pour Charlotte Lutz
La 12e édition des EuroMiniChamp’s (EMC), compétition réservée aux jeunes européens de moins de 12 ans, s’est déroulée du 26 au 28 août à Schiltigheim.

La Hochfeldoise de 11 ans, Charlotte Lutz, licenciée au SU Schiltigheim, termine les EMC 2016 à une encourageante 9e place.

Parmi les quelque 400 garçons et filles nés en 2004 et en 2005 en lice, représentant 32 nations, dont certains tutoieront plus tard l’élite mondiale, figurait la jeune Hochfeldoise de 11 ans, Charlotte Lutz, formée à Zorn TT et qui fait partie du groupe France.

Un excellent début de tournoi

A la sortie d’un stage d’une semaine au CREPS de Strasbourg avec l’équipe de France, Charlotte Lutz, qui rêvait d’imiter sa soeur Camille, finaliste à Schiltigheim en 2014, a fait un excellent début de tournoi. Elle s’est d’abord débarrassée de la Franc-comtoise Eloïse Laville (3-0) et de la Bélarusse Palina Harelava (3-0) au 1er tour, puis de la Lorraine Elise Pujol (3-0) et de la Hongroise Dorka Czegledi (3-1) au 2e tour, avant de dominer l’Italienne Miriam-Benedetta Crnovale (3-1) et la Belge Manon Detienne (3-0).

Dans le tableau final, après avoir éliminé l’Espagnole Yanira Sanchez 3-2 en 1/16e de finale, la jeune Hochfeldoise, aujourd’hui licenciée au SU Schiltigheim, a trébuché en 8e de finale, comme l’an passé, en s’inclinant 10-12 au 5e set décisif devant la Roumaine Boroka Mike.

Finalement, à quelques jours d’une rentrée en 6e au collège Hans-Arp à Strasbourg, après trois nouveaux succès, 3-1 face à l’Italienne Clara Rensi, 3-0 contre la Galloise Anna Hursley et 3-0 contre Emma Vallée du Pays de Loire, Charlotte Lutz prendra une belle 9e place lors de ces EMC 2016.

Dans le même tableau (filles nées en 2005), Mélissa Dorn, licenciée au club de Zorn TT, s’est classée 49e, alors qu’Amélie Vogt, également du club de Zorn TT/Hochfelden, termine à la 41e place.

Du bon monde – DNA 2016

07995-000-jury

29/08/2016 – Tennis de table : 12e édition des EuroMiniChamp’s 
Du beau monde
2016.08.29 - DNA Du bon mondeVladimir Samsonov et Thomas Weikert, deux figures internationales du tennis de table, étaient au rendez-vous de la 12e édition des EuroMiniChamp’s.

Thomas Weikert (à gauche) et Vladimir Samsonov ont pu évaluer les futurs talents européens. L’occasion d’assister à la domination russe.

En fil rouge des trois jours de compétition qui se sont achevés hier par une mainmise russe (trois sacres sur les quatre possibles), deux personnalités du tennis de table étaient présentes dans les chaudes travées schilikoises.

D’un côté, le parrain de cette 12e édition des EuroMiniChamp’s, le Biélorusse Vladimir Samsonov. Le triple vainqueur de la coupe du monde et ex-numéro 1 mondial du ping venait pour la première fois sur ce rendez-vous révélateur de futurs talents.

Les yeux de Chimène pour Vladimir Samsonov

« J’ai été invité par Claude (Bergeret, coordinatrice des EuroMiniChamp’s et championna du monde du double mixte en 1977). J’avais déjà entendu parler il y a quelques années de cette compétition, et c’était l’occasion de voir les meilleurs jeunes pongistes d’Europe. C’est intéressant de voir les futurs grands de la discipline », explique-t-il.

L’aura de l’actuel 9e mondial était perceptible au gymnase des Malteries. À tour de bras, la relève de demain du tennis de table de toutes nationalités s’empressait de lui demander des autographes et des photos. Tous avaient les yeux de Chimène pour ce grand gaillard qui arpente depuis 20 ans le circuit international avec succès.

À 40 ans, le natif de Minsk arrive à sa fin de carrière. Mais lorsqu’on lui parle de retraite, il réplique avec le sourire : « Je joue encore bien quand même ». Et c’est le moins que l’on puisse dire. Vladimir Samsonov revient tout juste des Jeux olympiques de Rio avec une belle mais frustrante 4e place. Il poursuit : « J’aime jouer au tennis de table et tant que mon corps me le permet je continuerai. Mais c’est vrai que c’est de plus en plus difficile ».

Une photographie du niveau européen

Pour sa reconversion, son souhait est de rester dans le monde du ping. Futur entraîneur de jeunes pongistes des EuroMiniChamp’s ? « Je ne sais pas exactement ce que je ferai. Je ne pense pas être la personne pour être coach, mais on ne sait jamais… »

L’Allemand Thomas Weikert est l’autre figure de ces EMC. Le président de la Fédération International de tennis de table se rendait pour la deuxième fois sur ce tournoi mais la première fois avec son nouveau statut. « Les EuroMiniChamp’s sont une belle opportunité pour les futurs champions européens de se mesurer les uns aux autres. Il est important que les joueurs jouent ce genre de compétition à cet âge afin de combler l’écart avec les Asiatiques », note-t-il. Avant de conclure : « C’est une photographie du niveau européen et c’est aussi l’image des bons résultats entrepris et de ce qu’il reste encore à faire pour performer davantage ».

Comme on peut le voir, les EuroMiniChamp’s font définitivement l’unanimité en sa faveur.

Alexis De Azevedo

Aux couleurs de la Russie – DNA 2016

Loa Line FRETE (4)

DNA 29/08/2016 – Tennis de table : Loa-Line Frete titrée pour la France 
Aux couleurs de la Russie

Loa-Line Frete a stoppé l’hégémonie des pongistes russes en triomphant dans le tableau 2005.

Russie : 3, France : 1, reste de l’Europe : 0. La Russie n’a laissé que des miettes sur cette 12e édition des EuroMiniChamp’s. Sur les quatre tableaux, ils en empochent trois.

L’éclaircie tricolore est venue de la pongiste de Lorraine, non-selectionnée par l’équipe de France, Loa-Line Frete. Elle remporte le tableau “filles nées en 2005” et de belles manières avec seulement deux sets concédés depuis les seizièmes de finale. En finale, elle bat l’Allemande Annett Kaufmann.

Besnier, 5e ; Lutz 9e

« C’est ma deuxième participation ici. L’année dernière, j’avais fait seizième de finaliste. Là, je voulais aller au moins en quarts », explique-t-elle. Claude Thuilliez, son coach depuis deux ans, se veut prudent pour la suite : « Cette compétition c’est une évaluation du travail fait, pas un aboutissement. Quand on gagne un tournoi de ce calibre, l’objectif est d’arriver en sénior dans les meilleures Françaises. Mais, on ne contrôle pas tout, ça se trouve à quinze ans, elle en aura marre et ne voudra pas continuer ».

L’autre tricolore sur le podium est Milhane Jellouli. Il termine à la 3e marche dans le tableau “garçons nés en 2005”, après avoir battu son compatriote Félix Lebrun.

Célian Besnier, dernier représentant Alsacien pour la victoire à l’entame de la journée d’hier, a échoué en quarts de finale face au futur vainqueur du tableau “garçons nés en 2005”, le Russe et la bête noire des Français Vladislav Bannikov (pour l’anecdote, il a éliminé, à partir des huitièmes, consécutivement quatre Français pour décrocher le Graal). Une lourde défaite 3 sets à 0. Pas abattu, il gagne ses deux matches de classement, pour conclure son tournoi à une belle 5e place, meilleure place des seize Alsaciens engagés.

Éliminée samedi au stade des huitièmes de finale, Charlotte Lutz a fait un 100 % hier. Trois matches, trois victoires, pour une 9e place finale dans la tableau “filles nées en 2005”.

Alexis De Azevedo Résultats des Alsaciens. “Garçons nés en 2004” : Damien Fuchs (Mulhouse TT), 89e ; Tom Philippe (Mulhouse), 39e. “Filles nées en 2004” : Amélie Vogt (Zorn TT Hochfelden), 41e ; Romane Touly (SU Schiltigheim TT), 65e . “Garçons nés en 2005” : Célian Besnier (Mulhouse), 5e ; Milo Calvar (SUS), 113e ; William Koehl (Corcordia Eckbolsheim), 97e ; Hugo Koehl (Corcordia Eckbolsheim), 89e ; Nathan Rathana (Corcordia Eckbolsheim), 113e ; Mathéo Ruder (FCJ Bootzheim), 113 e. (Valentin Celikkaya-Schaeffer (SSCL Benfeld) et Hégoi Fernandez-Russo (Union Sportive Égalitaire Neudorf), au-delà de la 113e. “Filles nées en 2005” : Charlotte Lutz (SUS), 9e ; Mélissa Dorn (Zorn Hochfelden), 49e ; Juliette Kop (APIG), 81e ; Léa Minni (SUS), 41e.

Une excellente renommée – DNA 2016

6048

DNA 28/08/2016 – Tennis de table 12e édition des EuroMiniChamp’s (EMC)
« Une excellente renommée »
Conseiller technique national, adjoint de Damien Loiseau dans la détection nationale, Guillaume Simonin a plusieurs étiquettes. Sur ces EMC, il suit exclusivement Célian Besnier. Entretien.

Guillaume Simonin dissèque le jeu de son protégé, Célian Besnier.

Comment évaluez-vous ce rendez-vous des EuroMiniChamp’s ?

– Les EuroMiniChamp’s sont une belle retombée pour la région. C’est aussi une plus-value pour les jeunes Alsaciens. Avec ce rendez-vous, ils ont la chance d’avoir la plus belle compétition européenne de leur âge à Schiltigheim. À domicile, c’est beau pour eux, c’est une chance.

Cette compétition fait partie de l’échiquier européen et a une excellente renommée. Tout le monde connaît ce tournoi, et ça va même au-delà des simples connaisseurs de tennis de table. On a un véritable rayonnement.

« Beaucoup de cartouches dans le chargeur »

– En douze éditions, comment jugez-vous la progression des jeunes pongistes ?

– Les jeunes sont de plus en plus forts. Le niveau a sensiblement augmenté aussi bien en France qu’en Europe. La Fédération française se donne les moyens pour progresser, mais c’est certain qu’on aura jamais les mêmes que ceux des Asiatiques. Ce qui est certain, c’est qu’on a moins de retard par rapport à eux qu’il y a douze ans.

– Y a-t-il une différence de niveau entre les filles et les garçons en France ?

– Il faut savoir qu’en termes de licenciés, on est sur du 83 % d’hommes et 17 % de femmes. Par conséquent, le vivier est plus important chez les hommes. Cette balance commence doucement à s’équilibrer chez les jeunes avec un ratio 70-30. On assiste à une émulation de groupes chez les garçons comme sur ce tournoi. Du côté des filles, c’est plus une tête d’affiche et c’est tout.

Mais, l’année dernière pour la première fois des EuroMiniChamp’s, il y a eu parité. Un titre chez les garçons (Alexis Lebrun) et un titre chez les filles (Prithika Pavade).

– Quel est l’objectif de l’équipe de France cette année ?

– On a beaucoup de cartouches dans le chargeur pour le tableau des garçons nés en 2005, une grosse densité, donc on attend beaucoup d’eux. Chez les filles de cette génération aussi, il y a trois-quatre éléments sur lesquels on compte. Pour ce qui est de l’année d’au-dessus (nés en 2004), ce sera plus difficile chez les filles comme chez les garçons. Ils sont moins nombreux au départ et pas favoris.

– Vous avez instauré un parrainage sur les deux dernières éditions, parlez-nous de ce projet ?

– Effectivement, l’année dernière, la 11e édition des EuroMiniChamp’s a été placée sous le parrainage de l’Autrichien Werner Schlager (dernier champion du monde non-asiatique, en 2003 à Paris). Ce week-end, c’est au tour du Biélorusse Vladimir Samsonov (4e des JO-2016, ex-numéro 1 mondial et actuellement 9e). On veut maintenant inviter chaque année des gloires du tennis de table pour parrainer la compétition.

Le souhait est qu’à terme, ce soit les anciens vainqueurs des EuroMiniChamp’s qui viennent comme Simon Gauzy (titré en 2005). Ce serait un beau clin d’oeil.

Propos recueillis par Alexis De Azevedo


l’oeil de claude bergeret

Conseillère technique en charge des relations internationales et coordinatrice des EuroMiniChamp’s, Claude Bergeret fait partie intégrante de l’aventure schilikoise depuis ses débuts il y a douze ans.

« Comme le bon vin, l’organisation se bonifie chaque année avec des améliorations selon les expériences passées. La preuve est que les délégations étrangères reviennent tous les ans », se réjouit-elle.

Championne du monde 1977 en double mixte avec Jacques Secrétin, elle juge le niveau actuel des jeunes pongistes : « Il y a de moins en moins d’amateurisme. Le niveau de jeu a augmenté notamment chez nous ».

Claude Bergeret n’oublie pas d’évoquer les difficultés actuelles du ping français : « La popularité de notre sport dépend de nos champions. Quand il n’y en a pas, c’est plus difficile d’être attractif. Et en ce moment, ça l’est ».

A. De A.