Menu Close

Une édition dorée – DNA 2017

Sorry, this entry is only available in French.

DNA 28/08/2017- Tennis de table 13e édition des “EuroMiniChamp’s” (EMC) 



La France est repartie du week-end schilikois avec deux médailles d’or grâce à Félix Lebrun et Milhane Jellouli. Une moisson rare. Le bilan des Alsaciens est lui moins doré avec une 9e place pour meilleur résultat.

 

 

Cette fois pas de domination russe. Il y en a eu pour tous les goûts sur la plus haute marche du podium. Avec une Galloise, une Russe et surtout deux Français pour que la fête soit belle.

« Deux titres, c’est énorme, s’est réjoui Damien Loiseau, chef de projet à la détection nationale. C’est seulement la deuxième fois que ça nous arrive en treize éditions. Ça valide le travail des clubs français. »

Deux médailles d’or

Félix Lebrun, vainqueur du tableau “garçons nés en 2006 ou moins”, a survolé le tournoi avec aucun set perdu. Au pied du podium l’année dernière, le licencié de Montpellier a ajouté une belle ligne à son palmarès après une finale remportée facilement face à l’Espagnol Daniel Berzosa. Et on le retrouvera encore l’année prochaine, pour tenter de faire le doublé et ainsi imiter son frère Alexis, vainqueur de deux éditions des EMC.

Dans l’autre tableau garçon, “nés en 2005”, Milhane Jellouli monte cette fois-ci sur la première marche du podium, après avoir fini 3e l’an dernier. « En demi-finale, il est mené deux sets à zéro puis sauve une balle de match avant de gagner la rencontre. Ça tient à pas grand-chose, mais ça a bien tourné », explique Guillaume Simonin, adjoint à la détection nationale.

Dans la même catégorie d’âge, l’Alsacien Célian Besnier a fini à une décevante 27e place. Loin de ses objectifs (le podium) après une encourageante 5e place l’année dernière. Mais, il ne faut pas oublier sa préparation tronquée par une blessure de croissance à l’épaule qui l’a tenu éloigné des salles pendant trois mois. Trop pour bien figurer face aux ghotas européens du ping.

Bémol du week-end, le bilan décevant des filles. « On partait avec une arme en moins avec le forfait sur blessure de Loa-Line Frete (en or sur la 12e édition des EMC) », note Guillaume Simonin. « La déception vient de Charlotte (Lutz), précise Damien Loiseau. Elle perd dès les huitièmes. C’est une fille qui a beaucoup de caractère, c’est une chance mais ça se transforme quelques fois en frein car elle n’est pas assez à l’écoute. Mais dans le parcours d’un champion, ces échecs sont utiles pour rebondir. Elle a vraiment le potentiel pour faire du haut niveau donc j’espère que ce revers lui fera passer un cap. »

Un remake cette année ?

La licenciée de Schiltigheim conclut le week-end à la 9e place comme l’an dernier. Et n’oublions pas que quelques mois après l’édition 2016 des EMC (fin octobre), elle avait remporté le prestigieux Stiga Masters qui réunit les douze meilleurs joueurs des EMC dans chaque catégorie. Un remake cette année ?

Dans le tableau “nées en 2006 ou moins”, la première française, Elise Pujol, licenciée à Neuves-Maisons, se classe 7e. « Elle a fait un superbe parcours surtout qu’elle est de 2007 », souligne Guillaume Simonin. Dans cette tranche d’âge, l’Alsacienne Léa Minni, dont l’objectif était de rallier le tableau final, finit à un satisfaisant 13e rang. On la retrouvera l’année prochaine. Pour un podium ?

Rendez-vous est donné dans un an pour la 14e édition d’un événement devenu incontournable.

Alexis De Azevedo

2017.08.28 – DNA Une édition dorée

Complicité sincère – DNA 2017

Sorry, this entry is only available in French.

DNA 27/08/2017 – Tennis de table 13e édition des “EuroMiniChamp’s” (EMC) 

Parrain de cette édition, Jacques Secrétin, l’un des pongistes les plus titrés de France, a retrouvé Claude Bergeret avec qui il a remporté les championnats du monde en mixte en 1977.

 

Réunion de champions hier au gymnase des Malteries.

Arrivé hier en début d’après-midi à Schiltigheim, Jacques Secrétin s’est assis dans les travées schilikoises pour observer la relève de demain. Invité par Claude Bergeret, responsable des relations internationales des “EuroMiniChamp’s” depuis 13 ans, l’ancien numéro 2 mondial (en 1976) apprécie le spectacle. Ces retrouvailles entre les champions du monde 1977 étaient l’occasion de leur parler des EMC sans oublier l’inévitable question sur leur aventure des Mondiaux au Royaume-Uni. La complicité entre les deux champions est encore palpable.

« Notre vie était liée »

– Que pensez-vous de cette compétition européenne des EMC ?

– Jacques Secrétin : C’est important d’avoir des compétitions de cette ampleur pour les jeunes générations. De les confronter très tôt à la rigueur. Le niveau de jeu ne peut qu’augmenter de cette manière. C’est ainsi qu’ils pourront se mettre rapidement en tête qu’il est possible de battre les Asiatiques. Il y a encore un palier à franchir de ce côté-là.

– Claude Bergeret : On avait la volonté de copier les “Petits As” au tennis. Le niveau a drastiquement évolué depuis la première édition. Au début, certains pongistes savaient à peine jouer. Maintenant, tous les joueurs ont des années de ping derrière eux. Mais c’est vrai qu’il y a encore des barrières à faire tomber notamment dans la détection des plus jeunes.

– Quel était votre lien pendant votre carrière ?

– J.S. : On formait un couple. Pas le traditionnel (rires), mais un couple de sportif de haut-niveau. Notre vie était liée. On se voyait plus que nos conjoint(e)s repectif(ve)s.

– C.B. : On était très complémentaire aussi sur le terrain. Déjà lui est gaucher et je suis droitière. On ne jouait pas sur la même ligne de sol. Jacques jouait derrière, il apportait de la variation. J’étais plus proche de la table.

– Et ça a fonctionné avec en point d’orgue, votre titre en mixte aux championnats du monde en 1977.

– J.S. et C.B. : C’est le meilleur moment de notre carrière.

– J.S. : Je me souviens toujours de ce moment en demi-finale. Dans la belle à 19-16 (les matches se jouaient alors en trois sets gagnants de 21) pour la paire coréenne, Claude enchaîne quatre attaques de suite alors que jusque-là, elle n’en avait pas réussi une.

– C.B. : Tout le parcours est beau. Dans ce match, on mène deux sets à rien, ils reviennent à notre hauteur. À ce moment-là, on ne voyait plus comment s’en sortir et finalement on remporte la rencontre. Pour ensuite, gagner la médaille d’or lors de notre match le plus facile contre une paire japonaise.

– J.S. : Et on aurait dû gagner bien plus de trophées notamment aux championnats d’Europe (demi-finale pour meilleur résultat). On était les meilleurs, mais on s’est géné psychologiquement.

– C.B. : Avec le recul, c’est dommage mais il ne faut rien regretter.

– Quelles sont vos relations aujourd’hui ?

– C.B. : Depuis quand tu as déménagé dans le Nord ?

– J.S. : 15-16 ans…

– C.B. : (elle coupe) Depuis on se voit beaucoup moins, mais ça reste toujours un grand plaisir.

Propos recueillis par Alexis De Azevedo

2017.08.27 – DNA Complicité sincère

 

Une machine bien huilée – DNA 2017

Sorry, this entry is only available in French.

DNA 26/08/2017 – Tennis de table 13e édition des “EuroMiniChamp’s” (EMC) 

Les EMC sont indissociables de Schiltigheim. L’organisation a évolué, s’est rodée et perfectionnée pour être la plus irréprochable possible. Cette année, elle doit assurer l’accueil d’environ 700 personnes (joueurs, coachs, arbitres et bénévoles) sans compter les spectateurs.
Célian Besnier, licencié à Mulhouse, est encore en course.

Hier, la 13e édition des “EuroMiniChamp’s” a débuté sous la chaleur moite des salles Leclerc et des Malteries. À l’intérieur, le bruit répétitif des rebonds des petites balles blanches est entrecoupé par les encouragements des jeunes pongistes et de leurs entraîneurs.

« Sans eux (les bénévoles), on ne pourrait rien »

Dans les travées schilikoises, les petites frimousses de différentes nationalités (32 exactement) font des allées et venues incessantes, encadrées par les adultes de leurs équipes respectives.

Dehors, les personnes cherchent l’ombre pour se rafraîchir de ces températures élevées. Au milieu de ce beau remue-ménage, des “T-shirt bleus étiquettés EuroMiniChamp’s” veillent à la bonne tenue de l’événement. Ce sont les bénévoles. Ils sont 75 à se relayer entre la restauration, l’accueil, le bar, la table de marque…

« Le nombre (de bénévoles) a augmenté au fur et à mesure des éditions. On a plus de besoins. Par exemple, cette année, on a atteint un record avec 510 repas servis midi et soir », souligne Raphäel Malczewski, responsable bénévole et logistique depuis six ans.

« Sans eux (les bénévoles), on ne pourrait rien, assure Olivier Jung, président du club de Schiltigheim depuis quatre ans et bénévole à part entière de la compétition. Mais il est de plus en plus difficile d’en trouver depuis deux-trois ans. Les EMC sont la manifestation principale pour notre ville et notre club. Donc, on a décidé de faire moins de manifestations pour axer notre action sur les EMC afin de maintenir l’envie de nos bénévoles. »

Après avoir remporté l’appel d’offres de 2014, Schiltighem est assurée d’accueillir la compétition jusqu’à l’année prochaine incluse. « On fera ensuite tout pour la garder », ajoute Olivier Jung. Le nouvel écrin, la salle Nelson Mandela, livré courant 2018, devrait être un gage pour continuer l’aventure.Du côté sportif, Vincent Blanchard est la pièce maîtresse des EMC. Juge-arbitre de la compétition depuis neuf ans, il gère pas moins de 70 arbitres et sept adjoints sur cette édition.

« C’est la première grosse compétition des jeunes pongistes. Les émotions sont exacerbées du côté des joueurs, mais souvent davantage chez les parents et les coaches. On doit donc parfois gérer des situations conflictuelles mais qui se règlent toujours », assure-t-il. Il a pu aussi noter des évolutions dans le comportement des compétiteurs : « Les jeunes sont de plus en plus pro dans l’approche de la compétition. On peut voir l’importance de cette compétition pour eux ».

Plus de professionalisme pour offrir plus de spectacles sur les 56 tables de cette 13e édition des “EuroMiniChamp’s”.

Alexis De Azevedo

Célian Besnier à fond de 5e ? – L’Alsace

Sorry, this entry is only available in French.

L’Alsace 25/08/2017

De retour de blessure, le Mulhousien Célian Besnier aborde l’Euro Mini Champ’s sans certitudes à partir d’aujourd’hui. 

 

Cinquième l’an dernier, battu en quart de finale par le futur vainqueur, le Russe Bannikov, le pongiste haut-rhinois Célian Besnier sait comment s’y prendre pour bien figurer dans cette compétition européenne très relevée. Il s’agit de la première grande compétition entre espoirs continentaux. Plusieurs joueurs de l’actuelle équipe de France, Simon Gauzy (14e mondial, vainqueur en 2005) et Tristan Flore (54e mondial, finaliste en 2006) notamment, s’y sont distingués.

« La saison démarre à peine mais cela fait déjà partie de mes grands objectifs, ne cache pas Célian Besnier. J’espère faire au moins aussi bien que l’an dernier et même mieux si c’est possible. »

 

Quatre mois sans compétition

Si le champion de France benjamins 2016 sait où il met les pieds pour sa 5e présence aux Malteries, il partira néanmoins dans l’inconnu. Il revient en effet de blessure. « Célian a souffert d’une tendinite à l’épaule droite, due à la croissance, en fin de saison dernière, explique Pascal Besnier, son père et mentor. Il a dû faire une pause de deux mois et demi. Il attaque donc les EMC après quatre mois sans compétition. Ce n’est pas évident ! »

Le paternel, ancien international jeunes, ne veut pas griller les étapes. « Il y a quatre tours, sous forme de poules, avant de se qualifier pour le tableau final. Y être serait déjà un premier accomplissement. »

« Il faudra ensuite prendre tour après tour, poursuit-il. La concurrence, principalement française et russe, sans compter des individualités en pleine progression, sera très relevée. »

Signe de la confiance fédérale, Célian Besnier a été sélectionné parmi les deux joueurs à évoluer sous le maillot tricolore (avec Milhane Jellouli). Les Bleuets se sont réunis à Méjannes, près de Nîmes, pour préparer cette échéance. Pour signer de bons résultats et conserver sa tunique bleue tout au long de la saison, mais surtout dans un avenir plus lointain, le jeune homme a pris un virage important concernant sa structure d’entraînement. Fini le Pôle Espoir Alsace au Creps de Strasbourg. Le Mulhousien ne manquera pas de capitaliser sur cette expérience d’une saison, mais il a ressenti le besoin de « retrouver ses marques au sein de son club (le MTT) ». Il sera désormais suivi par l’entraîneur pro Veselin Iliev.

 

Pour prolonger son rêve en bleu, Célian Besnier sait qu’il doit marquer des points (et les esprits) à chaque occasion. Les EMC en Alsace en font assurément partie.

 

J.-M.B.

2017.08.25 – L’Alsace Célian Besnier à fond de 5e

Des chances de médailles – DNA 2017

Sorry, this entry is only available in French.

Charlotte Lutz, licenciée à Schiltigheim, est une des plus grandes chances de médailles pour la France.

 

DNA 24/08/2017 – Tennis de table 13e “EuroMiniChamp’s” (de demain jusqu’à dimanche) à Schiltigheim

 

Depuis samedi et jusqu’à aujourd’hui, l’équipe de France du ping est en stage au gymnase des Malteries à Schiltigheim. L’occasion d’évaluer les forces en présence à la veille de ce qu’on peut considérer comme le championnat d’Europe des douze ans et moins.

 

Charlotte Lutz, licenciée à Schiltigheim, est une des plus grandes chances de médailles pour la France.

Avec le contingent le plus fourni et de loin – 127 pongistes sur les 375 inscrits -, la France s’avance comme l’ogre de la compétition. Sauf qu’il faudra encore compter sur les armadas roumaines, allemandes et surtout russes (trois titres sur les quatre tableaux possibles l’an dernier).

 

« Je vise le podium »

« Chez les garçons, on vise clairement les premières places dans les deux années (tableaux “né en 2005” et “né en 2006 et moins”) », souligne Guillaume Simonin, adjoint à la détection nationale. Les deux médaillés masculins de l’édition précédente, Elian Zemmal (2e) et Milhane Jellouli (3e), seront encore de la partie. Tout comme Félix Lebrun qui avait fini au pied du podium et qui a l’envie d’imiter son frère Alexis, double vainqueur des “EuroMiniChamp’s” (EMC).

Sans oublier l’Alsacien Célian Besnier, 5e l’an dernier. Mais le joueur de Mulhouse manque de rythme après trois mois d’arrêt : « J’ai eu une grosse blessure (de croissance) à l’épaule en avril donc je n’ai pas pu jouer pendant trois mois. Mais je ne ressens plus la douleur et je vise le podium ». Un mois de préparation suffira-t-il ?

« Chez les filles, on veut jouer les premiers rôles surtout dans le tableau “née en 2005”. Pour l’autre (“née en 2006 et moins”), on est plus dans l’inconnu », précise Guillaume Simonin. Et l’une des meilleures chances est alsacienne. Qui plus est, Charlotte Lutz jouera dans son jardin. La pongiste de Schiltigheim avait terminé 9e l’année passée.

« Elle a le niveau pour gagner. Après, tout dépendra de sa stabilité émotionnelle. Le week-end est long et les pièges nombreux », note Jérôme Richert, co-responsable pôle espoir Grand Est, antenne Strasbourg et coach à l’année de la joueuse de 12 ans.

 

« Aller aux JO de Paris »

Ambitieuse, la jeune pongiste, qui entre en classe de cinquième à la rentrée, se veut prudente : « Aller au bout ce serait bien mais je veux déjà faire mieux que l’année dernière ». Il n’en reste pas moins que Charlotte Lutz aura une pancarte dans le dos. Notamment, après avoir signé une victoire de prestige au Stiga Masters (en octobre dernier, à Liège) qui réunit les douze meilleurs joueurs des EMC dans chaque catégorie.

On surveillera aussi la prestation de Léa Minni, présente lors de ce stage de l’équipe de France. La licenciée de Schiltigheim vise une place dans le tableau final.

Les deux pongistes schilikoises caressent le même rêve : celui « d’aller aux JO de Paris ». Des futures médaillées olympiques ?

 

Alexis De Azevedo Le tournoi ouvre ses portes à 9 h de demain à dimanche aux gymnases Leclerc et des Malteries. Les finales auront lieu dimanche à partir de 15 h 45. Site officiel : www.eurominichamps.com